Ecrit par & déposé en vertu de Non classé.

Aussi met-il en place, comme nous l’avons déjà dit, un principe d’auto-annulation. Gautier écrivait dans la préface des Jeunes-France : « Moi, pour mon compte, et je prétends vous convertir à mon système, je ne lis que les préfaces et les tables, les dictionnaires et les catalogues. Mademoiselle de Maupin (1835) In September 1833, Gautier was solicited to write a historical romance based on the life of French opera star Mlle. L’art ne peut servir à un progrès qui, de toute façon, n’existe pas pour lui. He was presumed, therefore, to be the », mais chez qui il croit percevoir un « retournement » idéologique. 33 vol. Gautier dénonce les imposteurs de la vertu : « Puis, quand je pense que j’ai rencontré sous la table, et même ailleurs, un assez grand nombre de ces dragons de vertu, je reviens à une meilleurs opinion de moi-même […] [11] ». La polémique contre l’utilitarisme dans la préface de Mademoiselle de Maupin », dans Jean-Louis Cabanès [dir.] Ainsi que nous le font remarquer Paolo Tortonese et Martine Lavaud, le lecteur de l’époque n’a pu qu’être surpris que Victor Hugo ne soit pas convoqué ou, pour être plus précis, noter que sa présence soit voilée à demi. Paul Bénichou nous rappelle sur ce point que : « La glorification de l’art et celle de l’artiste s’étaient développées progressivement. Folio classique, 1973, présenté par Michel Crouzet, p. 36. • Se connecter • Il n’a pu qu’y voir un asservissement et un dévoiement de la liberté artistique prônée par l’idéal romantique. Jouissance de l’art, jouissance du Beau. 23 likes. Première grande œuvre de l'auteur, le roman raconte la vie de Madeleine de Maupin et ses aventures galantes. Comme pour l’art, Gautier dénonce l’attitude « Boutiquière » qu’entretiennent les bourgeois à l’égard de la femme et du Beau : « À quoi sert la beauté des femmes ? Préface du roman, elle apparaît, et nous l’avons montré plus haut, comme un pamphlet contre l’esprit bourgeois de l’art et de la morale, mais aussi comme une sorte de manifeste que d’aucuns ont vu comme étant celui d’un "art pour l’art". Theophile Gautier's masterpiece "Mademoiselle de Maupin" might be better known for its lengthy preface than the actual novel itself. With the preface by the author, an introduction for the modern reader by Jacques Barzun and hand-colored illustrations & boards, in publisher's slipcase. La refus visible de cette organisation est donc celui de la gravité : voilà en somme qui déleste le texte polémique de l’une de ses dimension […] [32] ». Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. London: “The Walpole Press”, 1899. C’est pourquoi l’hédonisme de Gautier ne veut en aucun cas relever d’une morale pour être pleinement esthétique. Semaine AQUINAS : l’Université d’été catholique des 18-35 ans organisée par la Fraternité saint Vincent Ferrier. Pour Gautier, il s’agit donc de ne pas succomber à cette contradiction, il s’agit de ne pas moraliser la morale par l’immoral. Sur un … Je plains de tout mon cœur le pauvre eunuque obligé d’assister aux ébats du Grand Seigneur. Elles avaient, rappelons-le, débouchées sur un procès perdu. La préface de ce roman est très célèbre. Reprenant la célèbre formule de l’Archidiacre Claude Frollo, Gautier déclare : « Le journal tue le livre, comme le livre a tué l’architecture, comme l’artillerie a tué le courage musculaire. ». Théophile Gautier is known to be the founder of the “art for art’s sake” literary theory which is mainly outlined, according to the critics, in the preface of the novel Mademoiselle de Maupin (1835). Gautier le montrait déjà, nous l’avons mentionné plus haut, comme étant autonome par rapport au siècle et à la société dans laquelle il s’incarne. [34] TORTONESE, Paolo, « La préface de Mademoiselle de Maupin, entre manifeste et pamphlet », Revue des Sciences Humaines, n°295, juillet-septembre 2009, p. 115-131. « Tous les imbéciles de la Bourgeoisie qui prononcent sans cesse les mots : ’immoral, immoralité, moralité dans l’art’ et d’autres bêtises, me font penser à Louise Villedieu, putain à cinq francs, qui m’accompagnant une fois au Louvre, où elle n’était jamais allée, se mit à rougir, à se couvrir le visage, et me tirant à chaque instant par la manche, me demandait, devant les statues et les tableaux immortels, comment on pouvait étaler publiquement de pareilles indécences. London: “The Walpole Press,” Printed for Subscribers Only, 1899. He then contended that art is autonomous, that the artist who proposes any goal but the creation of beauty is not a true artist, and that the idea cannot be separated from the form. Il dénonce encore le regain de vertu qui pousse à contraindre l’art à devenir un art essentiellement chrétien, à n’être plus qu’un art chrétien, et, ce faisant, à devenir utilement moral : « – Alors on est chrétien, l’on parle de la sainteté de l’art, de la haute mission de l’artiste, de la poésie du catholicisme, de M. de Lamennais, des peintres de l’école angélique, du Concile de trente, de l’humanité progressive et de mille autres belles choses [20] ». Le temps est à la pluie et à l’homélie ; on se défend de l’une et de l’autre en ne sortant qu’en voiture et en relisant Pantagruel entre sa bouteille et sa pipe. de Maupin. Si Hugo n’est évoqué qu’à demi-mot, plus qualifié par ses œuvres qu’en son nom propre, c’est que, d’une part, Gautier ne veut pas tomber dans le travers de la préface-manifeste, et, d’autre part, que Gautier se sépare d’un Hugo qui pourtant avait prêché dans la préface des Orientales : « Que signifie ce livre inutile de pure poésie ? De même, dire que cette préface est un manifeste ne semble pas non plus crédible ni tout a fait convainquant. Item #02235 Art For Art's Sake, Love For Love's SakeIn An Art Binding For Its Own Sake BROCA, Lucien, Binder . pas un mot des besoins de la société, rien de civilisant et de progressif ! Cette association entre utilitarisme et saint-simonisme est justement celle qu’avait fait Gautier dans sa préface de 1832 : « À côté des journalistes moraux, sous cette pluie d’homélies comme sous une pluie d’été, dans quelques parcs, il est surgi, entre les planches du tréteau saint-simonien, une théorie de petits champignons d’une nouvelle espère assez curieuse, dont nous allons faire l’histoire naturelle. [39] ». » La question du sacerdoce poétique d’Hugo et de l’enseignement « civilisateur » n’a pu que rebuter Gautier. Gautier se fait le héraut de cette génération des Jeunes-France qui accueillit avec fureur et désespoir l’arrivée concrète au pouvoir des prétentions bourgeoises. Mademoiselle de Maupin. Gautier file tout au long de sa préface, comme à son habitude depuis celle d’Albertus, la métaphore sexuelle. De fait, Hugo dans Littérature et Philosophies mêlées défendait un engagement possible de l’art dans la vie politique et dans la vie morale. Gautier ajoute : « Que voit-on dans les comédies du grand Molière ? Le R&N a besoin de vous ! Cloudflare Ray ID: 63d714fb4a341c97 [28] BÉNICHOU, Paul, Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830, Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Romantisme français I, Quarto, p. 425. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. – On supprimerait les fleurs, le monde n’en souffrirait pas matériellement ; qui voudrait cependant qu’il n’y eût plus de fleurs ? En 1835, Théophile Gautier publie Mademoiselle de Maupin. des phrases et des formes, que m’importe ». La polémique contre l’utilitarisme dans la préface de Mademoiselle de Maupin », dans Jean-Louis Cabanès [dir.] La première cible de Gautier, la critique moraliste bourgeoise du Constitutionnel, est celle qui est la plus violemment attaquée. The preface contains a lengthy essay on the subject which is the seminal document of the aesthete school of romanticism. It is an ineffably beautiful tableau, heady, intoxicating, Dionysiac, conceived in ecstasy. [21] BÉNICHOU, Paul, Le Temps des prophètes, doctrines de l’âge romantique, Romantismes Français, t. I., Quarto, p. 619. Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. If I say: "Iwill go there to-morrow," it is certain that I shall stay at … [33] », et il ajoute : « J’avoue que je ne suis pas assez vertueux pour cela ». Ces mots ne sont pas sans rappeler, au lecteur attentif, la célèbre préface que Théophile Gautier donnait, quelques années auparavant à Mademoiselle de Maupin. Gautier s’oppose à toute forme de formalisme pour prôner une liberté complète d’appréciation de l’art. Il ne fait souffrir son esthétique d’aucun compromis ni social, ni stratégique, ni langagier. Pourtant, cette préface devient utile en ce qu’elle répond à une polémique et puisqu’elle contredit ses détracteurs. Il semblerait que Gautier se soit inspiré d’un personnage réel : une cantatrice du XVII e siècle en révolte contre la morale de son temps, qui, vêtue en cavalier, maniait les armes et se battait en duel. » La notion de Beau introduite par Gautier brise la continuité entre production économique – en fait très bourgeoise - et production artistique. Théophile Gautier is known to be the founder of the “art for art’s sake” literary theory which is mainly outlined, according to the critics, in the preface of the novel Mademoiselle de Maupin (1835). You may need to download version 2.0 now from the Chrome Web Store. La véritable opposition – entre l’utilitarisme décrié de l’art et son utilité dans l’absolu – réside dans cette nécessité, dans la nature des aspirations qui le fonde, dans les fonctions auxquelles les désirs se rattachent. En effet, si le bourgeois voit partout de l’immoralité c’est que le bourgeois y voit et se plaint d’un désir inassouvi auquel lui, Théophile Gautier, ne succombe pas. Pour étayer sa moquerie, Gautier cite Molière dont les pièces ravissent ordinairement le bourgeois moral : « nous voulions simplement démontrer aux pieux feuilletonistes, qu’effarouchent les ouvrages nouveaux et romantiques que les classiques anciens, dont ils recommandent chaque jour la lecteur et l’imitation, les surpassent de beaucoup en gaillardise et en immoralité. Ils nous ôtent la virginité de tout ; ils font qu’on a rien en propre, et qu’on ne peut posséder un livre à soi seul ; ils vous ôtent la surprise du théâtre, […] ils nous émoussent le goût […] [43] ». [3] Ces attaques faisaient suite à la publication de ses premiers articles des Grotesques dans La France Littéraire de Charles Malo, le 31 mai 1834. Il l’annule pour laisser le champ libre à une verve et une imagination vive qui ne réduit pas l’art à un pur jeu esthétique mais au contraire, qui réaffirme l’utilité absolue du Beau et de l’Art. Format Url Size; ... Mademoiselle de Maupin, Volume 1 (of 2) Language: English: LoC Class: PQ: Language and Literatures: Romance literatures: French, Italian, Spanish, Portuguese: Il s’oppose ici à toute forme de contrôle sur l’art, à toutes les contraintes qui pourraient restreindre ou limiter l’approche directe de la beauté interne des textes et des œuvres artistiques. Il est douloureux de voir un autre s’asseoir au banquet où l’on n’est pas invité, et coucher avec la femme qui n’a pas voulu de vous. Gautier dans sa préface désigne deux grandes catégories de critiques littéraires : les critiques vertueux et les critiques utilitaires. Mademoiselle de Maupin, ed. The plot of the book, revolves around a romantic triangle. Like. Mademoiselle de Maupin est un roman épistolaire français écrit par Théophile Gautier et publié en 1835.Première grande œuvre de l'auteur, le roman raconte la vie de Madeleine de Maupin et ses aventures galantes. Qu’y verrais-je ? [25] » Cette question du rapport, de la liaison, entre l’utilité et la finalité de l’art est donc posée et présente dès 1832 et découle en réalité d’une large polémique datant des années 1825, alors que la théorie utilitaire de Bentham se répandait en Europe. [29] LAVAUD, Martine, Théophile Gautier, Militant du romantisme, Honoré Champion, coll. [2] Dans l’introduction de La préface de Mademoiselle de Maupin, Droz, 1946. Gautier aurait ainsi écrit un texte non seulement utilitaire, mais encore progressiste dans sa logique interne. Performance & security by Cloudflare, Please complete the security check to access. On aboutit ainsi à ce constat paradoxal, qui fait de l’image à la fois la rencontre de deux esthétiques et le lieu de leur séparation : parce que c’est dans l’image que Gautier conquiert sa plus évidente autonomie [37] ». À côté du critique bourgeois, Gautier place son pendant catholique qui partage avec lui l’idée d’un certain moralisme dans l’art. » Il met en avant la capacité bourgeoise à cacher les choses aux « femelles » bourgeoises au risque d’être trompé et de voir « qu’il n’y a rien au monde qui coure plus vite qu’une virginité qui s’en va et qu’une illusion qui s’envole[[M. M., p. 46. Plus profondément, il s’agit pour Gautier de s’extraire entièrement des catégories morales – du couple : morale et immoralité – pour n’avoir à affirmer que la gratuité jaillissante de l’art. Elle est pour lui absolue, comme la beauté de l’art. En fait, il apparaît, pour le lecteur, très difficile de relier cette préface à l’ouvrage qu’elle est censée introduire tant les allusions à Mademoiselle de Maupin ne sont pas claires et presque totalement absentes. Il est le fer de lance de cette petite génération – pourtant essentiellement issue des rangs de cette même bourgeoisie – pour qui le divorce entre « l’Art souverain idéal et la Boutique » [8] fut vécu de manière particulièrement douloureuse. The fictional Mademoiselle de Maupin, from Six Drawings Illustrating Theophile Gautier's Romance Mademoiselle de Maupin, by Aubrey Beardsley, 1897. Cette métaphore fait du bourgeois un eunuque, impuissant à créer le Beau, et pour cela envieux – « L’envie, et pas autre chose. La fréquence des allusions à l’année 1834, au vicomte Sosthène, à la révolution de Juillet l’atteste. “The years I have squandered in puerile excitement, in going hither and thither, in seeking to force nature and time, I ought to have spent in solitude and meditation, in endeavoring to make myself worthy of being loved.”. Pourvu qu’une femme soit médicalement bien conformée, en état de faire des enfants, elle sera toujours assez bonne pour des économistes [17] ». Il annule tout discours qui aurait été théoricien, qui aurait formé une théorie esthétisante. Il a été publié à Paris en 1835. Il décrie la médiocrité des journalistes littéraires, « ces grands dégoûtés » puisqu’il « n’ont produit aucun ouvrage et ne peuvent faire autre chose que conchier et gâter ceux des autres comme de véritable stryges stymphalides [42] ». À partir de ce début modeste, le sens du mot croît en dignité au point de désigner ceux qui pratiquent les beaux-arts […] [5]. » Pour le néo-christianisme, souvent proche des doctrines de Saint-Simon ce qui explique parfois les associations hasardeuses de Gautier, le Beau doit être asservi à la théologie et au Dogme. Il faut resituer cette critique de l’utilitarisme morale de l’art dans l’ensemble plus vaste de deux préfaces antérieures dont il nous semble bon de rappeler à nouveau quelques extraits. Martine Lavaud souligne magnifiquement cette idée : « C’est là que ’gît le lièvre’ : comment combattre sans être utile, convaincre sans produire du sens ? Ce sont les critiques utilitaires [26]. Aussi, outre cet aspect purement fonctionnel, qui tient à l’impératif du polémiste, Gautier succombe, comme à bout d’argument, à la maladie de l’utilité morale et de la nécessité de l’art qu’il dénonce. Quoi ! Le mot artiste ne désignait, au milieu du XVIIIème siècle, qu’un ouvrier habile dans une technique délicate. cit., p. 230-231. [RECONFINEMENT] Opération « fin de la récréation » à Paris, [ETATS-UNIS] Comment le Gouvernement Américain veut faire taire la dissidence, [Génération Identitaire] Appel national à manifester contre la dissolution du mouvement. I don't know what the matter iswith me, but I have never been able to keep my word to anybody, evento myself: it must be that the devil takes a hand in it. Your IP: 104.236.169.213 tous droits réservés. --preface to the 1835 edition Chevalier d'Albert fantasizes about his ideal lover, yet every woman he meets falls short of … Crainte de se faire happer par un discours convenu sur l’art pour l’art, par des périodisations commodes et stériles, par des concepts épuisés. [14] ». Gautier ne se lasse pas dans cette préface de dénoncer l’hypocrisie maniaque et prude des critiques bourgeois et des néo-chrétiens mais aussi les critiques utilitaristes et l’idée d’un progrès, qui pour lui n’est synonyme que de régression [45] . On n’aborde pas sans quelque crainte la préface de Mademoiselle de Maupin, un de ces textes trop célèbres et trop encadrés par l’histoire littéraire, enserré dans une gaine de formules traditionnelles. Ce sacerdoce, nous l’avons vu, ne peut exister chez Gautier parce que ce serait donner une orientation à l’art, lui attribuer une finalité, réduire le champ des possibles de l’artiste. It is there in which the author discusses art for art's sake, arguing that "everything useful is ugly." Ce qui fait l’art, selon Gautier, c’est la jouissance que le lecteur et que l’auteur en retirent, mais cette jouissance doit être purement intellectuelle et gratuite. Contact • Après les bourgeois et les néo-chrétiens, c’est au tour des critiques dits « utilitaires » de subir les foudres verbales de Gautier. Comme nous le rappelle très utilement Paolo Tortonese [24], les dictionnaires ne donnent pas d’occurrences, antérieures aux textes de Gautier, du mot utilitaire et de l’utilitarisme qui en découle. 1 Mademoiselle de Maupin (1835) de Théophile Gautier fait partie de ces grands classiques que l’on se doit, quand on est une spécialiste de littérature, d’avoir lus. Faisant suite à deux autres préfaces, celle d’Albertus en 1832 et celle des Jeunes-France en 1833, cette préface fustigeait successivement la critique, la morale et l’utilité artistique. It is there in which the author discusses art for art's sake, arguing that "everything useful is ugly." Plan du site Ce faisant, Gautier brouille encore une fois les pistes et participe au travers de ce biais à l’annulation de l’effectivité utile et morale de sa préface. [1] BAUDELAIRE, Charles, Mon cœur mis à nu, Œuvres poétiques complètes, t. I., p. 707. de l’idéal. GAUTIER, Théophile. Théophile Gautier. Désormais M. M. [15] M. M., p. Plus profondément, ce que Gautier reproche aux néo-catholiques, de même qu’aux bourgeois, c’est de se priver, au nom de la morale de l’expérience esthétique gratuite et pure pour ne plus voir que le vice, pour ne plus voir la Beau, faute d’un aveuglant bigotisme moralisant : « Ces gens-là ne savent aussi de la romance de Rodrigue que le couplet de la couleuvre. Publication date 1899 Publisher London : Gibbings Collection worksintranslation; americana Digitizing sponsor University of Illinois Urbana-Champaign Contributor … Gautier en effet y présente déjà, avec plus ou moins d’ironie, sa vision de la "nécessité préfacière" ; une vision essentiellement négative de la lecture et de l’écriture des préfaces dont celle de Mademoiselle de Maupin ne saurait être exempt. Née à rebours d’une bourgeoisie montante nécessiteuse d’affirmer ses « privilèges » et liée de l’apparition du néo-christianisme – dernier substrats de la Contre-révolution – ainsi qu’à la montée de la doctrine utilitariste théorisée par Bentham dans les années 1825, cette préface est restée pour la postérité comme le grand « manifeste » de l’art pour l’art ; comme celle de la génération des "Jeunes-France" dont Théophile Gautier fut le plus brillant parangon. Ce livre comporte une table des matières dynamique. Gautier décrie le néo-christianisme, et ses principaux représentants Lamennais et Gustave Drouineau : « Cette grande affection de morale qui règne maintenant serait fort risible, si elle n’était fort ennuyeuse. Il joue si bien avec les mots, les images et les idées qu’il parvient sans peine à annuler l’effectivité de sa préface. [26] Cité par Paolo Tortonese, Ibid., p. 328. La sainte institution du mariage (style de catéchisme et de journaliste) bafouée et tournée en ridicule à chaque scène. Mademoiselle de Maupin est un roman de Théophile Gautier (1811-1872). [44] TORTONESE, Paolo, « À quoi cela sert-il ? ― Théophile Gautier, Mademoiselle de Maupin. Ainsi, contre l’hypocrisie bourgeoise et la tartuferie, Gautier affirme « Moi qui n’ai pas l’habitude de regarder les statues à de certains endroits, je trouvais, comme les autres, la feuille de vigne, découpée par les ciseaux de M. le chargé des beaux-arts, la chose la plus ridicule du monde. Pour autant, ce moralisme n’est pas teinté de la même hypocrisie qui fonde celle du bourgeois. Mademoiselle de Maupin (1835) - Théophile Gautier Nothing is truly beautiful except that which can serve for nothing; whatever is useful is ugly. Read "Mademoiselle de Maupin" by Théophile Gautier available from Rakuten Kobo. Au fond, ce qui préoccupe le plus Gautier c’est que cette morale empêche et restreint le jaillissement de l’art. Si nous avons évoqué la possibilité de voir dans cette préface une réponse aux attaques du Constitutionnel, elle peut aussi être pensée comme une réponse au texte Littérature et Philosophies mêlées qu’Hugo avait faire paraître en 1834. En la plaçant dans une perspective essentiellement négative – en ne dénonçant que les travers adverses – Gautier donne au lecteur l’impression que son texte n’est que de circonstance. Il est simultanément inutile et indispensable dans l’absolu. © 2011-2021 Le Rouge & le Noir v. 3.0, Comme nous le fait remarquer Paolo Tortonese, la préface de Mademoiselle de Maupin est une préface dont il est bien difficile de désigner le genre [34]. L’art, quant à lui, est placé dans le texte de Gautier sous le signe de l’acception moderne, alors très récente, qui lui a été conférée en ce début de XIXème siècle. Gautier fait s’évanouir sous le verbe toute théorie esthétisante pour laisser au mot et à l’imagination leur entière liberté d’éclatement. – l’endroit le plus utile d’une maison, ce sont les latrines [38] ». Originally, the story was to be about the historical La Maupin, who set fire to a convent for the love of another woman, but later retired to a convent herself, shortly before dying in her … Gautier ajoute plus loin : « […] car la jouissance me paraît le but de la vie, et la seule chose utile au monde [31]. • [Journée de la femme] Des manifestions perturbées par des militantes transgenres • [POLEMIQUE RACIALE] Scandale : elle était trop blanche ! If you are at an office or shared network, you can ask the network administrator to run a scan across the network looking for misconfigured or infected devices. De fait, Gautier n’évoque Hugo que de manière très ténue quand il écrit : « toutes ces crapauderies gigantesques que mon cher voisin [Hugo] fait grouiller et sauteler à travers les forêts vierges des cathédrales de ses romans [35] ». Ainsi, il écrit : « Moi, n’en déplaise à ces messieurs, je suis de ceux pour qui le superflu est le nécessaire, – et j’aime mieux les choses et les gens en raison inverse des services qu’ils me rendent [30]. Grand Edition De Luxe, limited to 1,000 numbered copies of which this is copy No. Ce progrès serait même une régression. Ces substantifs ne sont pas encore répandus dans la langue littéraire. Another way to prevent getting this page in the future is to use Privacy Pass. 42.] Gautier montre que non seulement, il ne se prétend pas moral mais encore que l’art ne peut être immoral mais qu’il ne saurait se priver, lui, d’une expérience esthétique prétendument immorale. ... Préface Une des choses les plus burlesques de la glorieuse époque où nous avons le bonheur de Le Jeune-France romantique devient ainsi plus vertueux que le journaliste bourgeois condamné à vendre sa plume pour des idées auxquelles il ne croit guère. Ils affirment deux orientations de l’art et du beau en proportions inverses. • Completing the CAPTCHA proves you are a human and gives you temporary access to the web property. [POLEMIQUE RACIALE] Scandale : elle était trop blanche ! Mademoiselle de Maupin: Gautier, Theophile, Duncker, Patricia, Constantine, Helen: 9780140448139: Books - Amazon.ca […] Tant que ceci durera, la fonction du poëte dramatique sera plus qu’une magistrature et presque un sacerdoce. Download This eBook. [4] WEIL, Éric, article « Morale » de l’Encyclopœdia universalis. [Journée de la femme] Des manifestions perturbées par des militantes transgenres. L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes. Cette décision engendre une série de … Par là, il opère un habile tour de passe-passe : le bourgeois hypocrite devient immoral et il l’est parce que sa propension à crier au scandale, à réclamer et à se réclamer de la vertu, est à la mesure de son désir. 1 and Mademoiselle de Maupin est un roman épistolaire français écrit par Théophile Gautier (1811 - 1872). Surplombant pourtant le petit cénacle qu’avaient formé les Jeunes-France à la suite de la bataille d’Hernani, Gautier se sépare d’Hugo en 1834 sur le plan de l’idéologie littéraire. En fait, Gautier milite pour un art qui soit dégagé de toutes les catégories utiles ou morales mais affirme en même temps – toujours dans la même optique d’annulation de la préface – son absolu nécessité : « Rien de ce qui est beau n’est indispensable à la vie. L’art apparaît donc à Gautier comme une nécessité à satisfaire dans l’ordre sensuel et comme une activité déliée de toute nécessité extérieure. – C’est comme si l’on disait : Les petits pois font pousser le printemps ; les petits pois poussent au contraire parce que c’est le printemps […] Les livres sont les fruits des mœurs [36] ». Comment peut-on l’appliquer à la moralisation et au bien être de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre ? Well, my friend, I have come home again, I have not been to Cathayor Cashmere or Samarcand;—but it is fair to say that I am no nearerhaving a mistress than ever.—And yet I took myself by the hand, Iswore a mighty oath that I would go to the end of the world. [12] » - du poète qui, lui, ne manques pas de vigueur : « Je conçois cette haine. C’est une précieuses économie de temps et de fatigue : tout est là, les mots et les idées. La perversion de l’esthétique est de l’ordre du bourgeois, parce qu’elle relève d’une subversion des catégories qui plaque une morale de la frustration, une politique progressive par là même utopique, sur le domaine artistique qui devrait leur être radicalement distinct : d’où, chez Gautier, la forte accusation de ’prostitution’ [41] ». Download Mademoiselle de Maupin Study Guide Subscribe Now Gautier addresses themes of sexuality more openly than Shakespeare did in addition to considering questions of love. Son identité est fondamentalement catholique. Pour autant, Gautier les avait déjà utilisés, dans sa préface d’Albertus de 1832, pour attaquer violement les « utilitaires, utopistes, économistes, saint-simonistes et autres » coupables de poser à l’auteur la mauvaise question qu’il répète presque en substance : « – À quoi sert ce livre ? Mademoiselle de Maupin. Hugo affirme l’utilité du Beau pour le progrès, et Gautier tolère l’art libre. Mademoiselle de Maupin is not only the most beautifully written of Gautier’s novels but also his most sustained profession of his creed. De plus, il réaffirme la salutaire distinction, hélas trop souvent oubliée, entre auteur et narrateur : « Il est absurde de dire qu’un homme est un ivrogne parce qu’il décrit une orgie, un débauché parce qu’il raconte une débauche que de prétendre qu’un homme est vertueux parce qu’il a fait un livre de morale ; tous les jours on voit le contraire. • De fait, évoquer la question de la morale dans l’art dans cette préface, selon l’esthétique de Gautier, c’est voir un auteur qui se dresse de toute sa hauteur et de toute sa verve contre les dérives morales et moralisatrices d’un siècle bourgeois, critique, et utilitaire qui ne cesse de réduire l’art, de l’asservir à … Everyday low prices and free delivery on eligible orders.

Iparcours 5ème Corrigé, Burger King Danger, Ministre De Léconomie 2020, Exemple De Lettre De Plainte Contre Un Collègue De Travail, Magasin Zone Decathlon Olivet, Formation Crêpier Afpa, Tremblement De Terre San Francisco 1906, La Peau Douce Analyse,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *